crédit iStock|Heiko Küverling

Un tiers des cadres de Gemalto France a déposé un recours aux Prud’hommes

Le 18 mars dernier, Maître Mauger, l’avocat désigné par l’intersyndicale de Gemalto pour recourir contre Gemalto, a déposé 352 saisines au Conseil des Prud’hommes (CPH) de Marseille et 102 saisines au CPH de Boulogne-Billancourt. Elles concernent le contentieux sur le montant de la part variable de 2016 (GIP) versée aux cadres. Quelques dossiers en attente de pièces complémentaires seront encore déposés cette semaine et joints à ceux du 18 mars.

Face à cette mobilisation historique des cadres de Gemalto SA, la CFE-CGC regrette encore que la direction de Gemalto n’ait pas accepté ses propositions de résolution amiable : cela aurait été la meilleure décision pour toutes les parties, surtout lorsqu’on voit le nombre de personnes qui ont exercé leur droit à recours.

Ce recours massif aux tribunaux a largement été commenté par la presse : les Echos, l’Usine Nouvelle, le figaro.frCapital.fr, Zonebourse, etc

La CFE-CGC espère que cette couverture médiatique permettra à la direction de comprendre toute la mesure de sa position regrettable et de proposer au final une solution acceptable pour clore ce litige. Elle espère également que le sujet des parts variables sera abordé par la suite de manière plus large. En effet, contrairement à Gemalto, tous les cadres de Thales ont une part variable : la CFE-CGC ne voit pas comment la direction peut espérer une intégration réussie sans vouloir mettre ce sujet à l’ordre du jour des discussions.

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *